Cette semaine, nous vous proposons d’assister à l’avant première du film « L’Apollonide » (Souvenirs de la maison close) qui sort en salles la semaine prochaine. Remporter vos places en commentant l’article sur notre page Facebook et repartez avec votre invitation pour l’avant première qui aura lieu Mardi 20 Septembre à 20h15 à l’UGC des Halles en présence des acteurs du film.


 

 

Le pitch du film:

Ambiance feutrée et rétro, de très belles images, des filles canon joliment dénudées, L’Apollodine a de quoi faire rêver et voyager dans le temps. Un film qui traite du plus vieux métier du monde, qui essaye de comprendre et dépeindre un univers féminin, mystérieux et lascif sans tomber dans les préjugés ou de la mysoginie. Le pitch du film peut se résumer comme suit: « à l’aube du XXe siècle, dans une maison close à Paris, une prostituée a le visage marqué d’une cicatrice qui lui dessine un sourire tragique. Autour de la femme qui rit, la vie des autres filles s’organise, leurs rivalités, leurs craintes, leurs joies, leurs douleurs… Du monde extérieur, on ne sait rien. La maison est close ».

 

L’Apollonide, un film comme une peinture:

La succession d’images que constitue le film s’apparente à une succession de tableaux. On croirait voir du Monet, du Manet, du Courbet….L’image a ce grain rétro, l’ambiance du début de siècle y est parfaitement reconstituée. Les plans se suivent et ne se ressemblent pas, dans un rythme qui ressemble à une mélodie de jazz…une improvisation maîtrisée avec des retours en arrière constants, entre-coupés par des séquences d’anticipation. Au fur et à mesure le fil narratif s’érige en spirale  comme une fumée de cigare dans le décor si pur et stylé. Le romantisme et l’innocence sont présents tout au long du film, à travers ces filles dont le destin est souvent tragique. C’était d’ailleurs un des principaux souhaits du réalisateur Bertrand Bonelle: garder cette part de candeur dans chacun des personnages féminin. Pour le réalisateur, aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est un film sur le visage au sens levinasien du terme (pour Emmanuel Lévinas le visage féminin a cette dualité intrinsèque: il révèle un objet du désir associé à l’image de la prostitué mais aussi un objet sacré associé à l’image de la mère). Même s’il est beaucoup question du corps, la problématique du visage y est récurrente, obsédante. Il y a très peu d’images de sexe, L’Apollonide est un film très chaste au final.

 

 

Où, quand, comment?

Vous ne savez pas où sortir mardi soir? Ne cherchez plus, allez à deux voir L’Apollonie (Souvenirs de la maison close) mardi 20 septembre à 20h15 à l’UGC des Halles.

Au total dix places pour deux personnes à gagner. Pour remporter votre invitation, il vous suffit de laisser un commentaire ici , les participants seront tirés au sort par notre équipe. Nous contacterons les gagnants et nous leur enverrons les places par voie postale. Vous avez jusqu’à demain matin 11heures pour participez ! A vous de jouer!

Retrouver nous sur Facebook

TAGS :||||||||

Vous avez aimé cet article ? partagez-le !   
partagez
  • Pinterest button
  • Rendez-vous sur Hellocoton !

Best-of

4

Commentaires

  1. Lucas

    M’a l’air très beau ce film…..
    O oui je veux gagner !

  2. Pauline

    La bande-annonce avait l’air prometteuse, la critique le rend encore plus attirant!
    Merci pour ce joli concours!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>